Un accord turco-libyen de délimitation maritime provoque la colère de la Grèce

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, le 28 novembre 2019 à Ankara. AP

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, le 28 novembre 2019 à Ankara. AP

Les tensions s'accumulent dans l'est de la Méditerranée, où la découverte de gisements de gaz attise les disputes entre plusieurs Etats, dont la Grèce et la Turquie, en conflit depuis des décennies pour le partage des ressources, des eaux, du plateau continental, de l'espace aérien.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a remis de d'huile sur le feu en signant, le 27 novembre, un accord maritime contesté avec Faïez Sarraj, le chef du gouvernement libyen reconnu par l'ONU, qui donne à la Turquie l'accès à des zones économiques revendiquées par la Grèce et par Chypre.

« Avec cet accord, nous avons poussé au maximum le territoire sur lequel nous avons autorité. Nous pourrons ainsi mener des activités d'exploration conjointes », a déclaré M. Erdogan lors d'un entretien diffusé lundi 9 décembre par la télévision publique, TRT. Il s'est dit prêt à dépêcher de nouveaux navires de forage en Méditerranée orientale, en mer Noire, et aussi dans les eaux internationales.

« Nouvelle carte politique »

Autant de déclarations irritantes pour la Grèce, Chypre, Israël et l'Egypte, qui s'opposent aux visées turques. Liés entre eux par des grands projets...

Explorez...

Ajouter un commentaire