Quand les réfugiés s’invitent au cœur du débat grec: "Il faut que l’Union européenne aide la Grèce à faire face à cette crise migratoire"

"Allez, à la grâce de dieux, vous êtes libres !" Le verdict est à peine tombé que les applaudissements fusent. Des Afghans, qui ont participé en avril 2018 à une manifestation contre leurs conditions de vie dans le camp de Moria à Lesbos ne seront pas poursuivis.

À quelques encablures de là, sur l'île de Samos, ce procès a été suivi de près car ici aussi des migrants sont en attente de jugement pour les mêmes raisons. Le camp de réfugiés, situé près de la capitale Vathy, explose et pour le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) les conditions y sont "abjectes". Prévu pour 650 personnes, il en accueillait plus de 4 000 en mars dernier. Cette situation est devenue un enjeu électoral.

(...)

Ajouter un commentaire