Négociations sur l'avenir de Chypre : ce qu'il faut retenir

Un homme assis sur un banc à Nicosie.

Un homme assis sur un banc à Nicosie.

Un accord est «difficile mais possible» a déclaré le médiateur de l'ONU à Genève ce lundi. Cette semaine, un sommet historique se tient au siège des Nations unies, en présence des deux dirigeants chypriotes pour tenter de réunifier l'île méditerranéenne.

Mustafa Akinci, dirigeant chypriote turc et Nicos Anastasiades, le président chypriote grec sont arrivés, souriants, aux alentours de 9 heures devant le Palais des Nations, siège de l'ONU à Genève. Ils ont été accueillis par le Conseiller spécial du secrétaire général de l'ONU pour Chypre, Espen Barth Eide, ainsi que par Elizabeth Spehar, la chef de la force de l'ONU chargée du maintien de la paix à Chypre.

Un long contentieux

Depuis 1974, Chypre est divisée en deux. Cette année-là, l'armée turque a envahi le nord de l'île après un coup d'État des Chypriotes grecs qui réclamaient le rattachement de Chypre à la Grèce. Depuis, la partie sud, la République de Chypre, habitée par les Chypriotes grecs, est devenue membre de l'Union européenne en 2004. Le Nord, la République turque de Chypre du Nord (RTCN), est occupé par les Chypriotes turcs, mais n'est reconnu que par Ankara (Turquie).

Le but de ce...

Ajouter un commentaire