Yie mou, Yie mou - Stamatis Kokotas

Γιε μου, γιε μου - Σταμάτης Κόκοτας
Compositeur: 
Chanteur: 
Première interprétation
Style musical: 
Année: 
1977
Στίχοι τραγουδιού: 
(Original en grec)

Γιε μου, γιε μουtranslittérer ]

Γιε μου, είν' ο πόνος μου αβάσταχτος, καλέ μου
που σε βλέπω σαν ξερόφυλλο του ανέμου
στη ζωή κυνηγημένος να γυρνάς

Γιε μου, δεν τον άκουσες τον δόλιο σου πατέρα
παρασύρθηκες και μέρα με τη μέρα
είσαι είκοσι χρονών κι όμως γερνάς

Γιε μου, τι περιμένεις, πες μου
σ' έναν δρόμο λασπωμένο
θα 'σαι πάντα σαν δεντρί ξεριζωμένο
δίχως μοίρα, δίχως ήλιο κι ουρανό

Γιε μου, τον καημό μου συλλογίσου
γύρνα σπίτι να γλυκάνω την πληγή σου
γιε μου, γιε μου, πως πονώ

Γιε μου, είν' οι άνθρωποι απάνθρωποι, καλέ μου
οι αρχόντοι είν' εμπόροι του πολέμου
και γελούν όταν το δάκρυ μας κυλά

Γιε μου, μην πιστεύεις σε κανέναν, ακριβέ μου
ως κι οι φίλοι σου χαρήκανε, Θεέ μου
που 'χεις πέσει τώρα τόσο χαμηλά

Yie mou, yie mou - Stamátīs Kókotas

Yie mou, eín' o pónos mou avástachtos, kalé mou
pou se vlépō san xerófyllo tou anémou
stī zōī́ kynīyīménos na yyrnás

Yie mou, den ton ákouses ton dólio sou patéra
parasýrthīkes kai méra me tī méra
eísai eíkosi chronṓn ki ómōs yernás

Yie mou, ti periméneis, pes mou
s' énan drómo laspōméno
tha 'sai pánta san dentrí xerizōméno
díchōs moíra, díchōs ī́lio ki ouranó

Yie mou, ton kaīmó mou syllogísou
gýrna spíti na glykánō tīn plīgī́ sou
yie mou, yie mou, pōs ponṓ

Yie mou, eín' oi ánthrōpoi apánthrōpoi, kalé mou
oi archóntoi eín' empóroi tou polémou
kai yeloún ótan to dákry mas kylá

Yie mou, mīn pistév̱eis se kanénan, akrivé mou
ōs ki oi fíloi sou charī́kane, Theé mou
pou 'cheis pései tṓra tóso chamīlá

Paroles de la chanson: 
(Traduction française)

mon fils, mon fils

Mon fils, ma douleur est insupportable, mon chéri
comme une feuille d’automne dans le vent, de te voir
dans la vie, comme pourchassé, à errer

Mon fils, tu n'as pas écouté ton pauvre père
jour après jour, un peu plus dans la dérive
tu n’as que vingt ans et pourtant déjà vieux

Mon fils, qu'est-ce que t'attends, dis-moi
sur une route boueuse
tu seras toujours comme un arbre déraciné
sans destin, sans soleil et ciel

Mon fils, pense à mon chagrin
reviens à la maison que j’apaise ta blessure
mon fils, mon fils, que j'ai mal

Mon fils, les gens sont inhumains, mon chéri
les premiers de rang sont les marchands de la guerre
et ils rient à voir nos larmes couler

Mon fils, ne crois en personne, mon très cher
même tes amis se sont réjouis, mon Dieu,
que tu sois maintenant tombé si bas

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire

Vous êtes actuellement un utilisateur non vérifié de notre site. Si votre contenu est conforme à nos règles et en rapport avec l'objet du site, il sera publié après examen par nos modérateurs. Connectez-vous ou enregistrez-vous auparavant pour avoir un accès complet et être averti en cas de commentaire ou de réponse à vos messages. Les contenus des utilisateurs identifiées obtiennent en général un meilleur taux de réponses.

Inscrivez ici votre nom spm ;)