Sylvain Tesson sur les traces de Lord Byron à Missolonghi: pour la croix et l’Olympe

Église Saint-Pierre, devant la lagune de Missolonghi: la gloire d'Hélios couronne la croix du Christ. Athènes salue Jérusalem! Thomas Goisque

Église Saint-Pierre, devant la lagune de Missolonghi: la gloire d'Hélios couronne la croix du Christ. Athènes salue Jérusalem! Thomas Goisque

Fani Kousipetkou, seule femme guide de haute montagne de Grèce, déclame pour nous le dernier poème de Lord Byron, écrit pour son trente-sixième anniversaire le 25 janvier 1824, trois mois avant sa mort. Nous passons la nuit dans une grotte consacrée à Saint-Nicolas, 100 mètres au-dessus de la mer Ionienne, devant Missolonghi dont les lumières scintillent à l'horizon. Le feu de bois fait danser nos ombres sur les murs du sanctuaire, gravés de croix orthodoxes. Le champion d'escalade Daniel du Lac, Fani et moi-même, courons les montagnes depuis douze jours pour tracer une voie d'escalade en hommage au poète qui aimait la liberté à en mourir.

Le Figaro

Il y a deux cents ans, le 25 mars 1821, galvanisés par le sermon du métropolite de Patras, les Grecs du Péloponnèse se soulevèrent contre les Turcs qui maintenaient la Grèce sous leur joug, depuis la chute de Constantinople en 1453.

Explorez...

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...