A Athènes, Angela Merkel fait à demi-mot son autocritique

« Les relations gréco-allemandes ont été plutôt agitées, je dirais », a admis Angela Merkel lors de son ultime déplacement à Athènes, en tant que chancelière, vendredi 29 octobre. A demi-mot, elle a exprimé des regrets, dit avoir eu « conscience des contraintes et des défis auxquels les Grecs avaient été confrontés » pendant la cure d'austérité destinée, de 2009 à 2018, à consolider la stabilité de l'euro. Mais elle a aussi noté que l'ajustement aurait été moins brutal si la Grèce avait entrepris des réformes clés en période de prospérité et affirmé avoir tout fait pour que ce pays reste dans la zone euro. En septembre, lors d'une conférence en Allemagne, Angela Merkel s'était montrée plus explicite en avouant que « le moment le plus difficile » de son mandat avait été lorsqu'elle avait « tant demandé à la Grèce ».

Pour le quotidien de...

Explorez...
Ville: 
Personnes: 

Ajouter un commentaire