En Grèce, polémiques sur un projet de loi criminalisant les « fake news »

En Grèce, les journalistes reconnus coupables de diffuser « de fausses informations susceptibles de susciter l'inquiétude ou la crainte du public ou de saper sa confiance dans l'économie nationale, la capacité de défense du pays ou la santé publique » pourraient bientôt être sanctionnés par des amendes et même des peines d'emprisonnement d'au moins six mois. L'éditeur ou le propriétaire du média responsable serait également passible de peines de prison et de sanctions financières.

Le ministère grec de la justice a présenté cet amendement dans le cadre de la réforme du code civil qui doit être voté dans les prochains jours au Parlement. Mais le texte suscite l'indignation des syndicats des journalistes grecs et européens, qui appellent le gouvernement à le retirer. L'Union des rédacteurs grecs (Esiea) souligne que « l'amendement ne contient pas de...

Explorez...
Pays: 

Ajouter un commentaire