La Turquie frappe la Syrie et ouvre la frontière avec la Grèce

Les rapports entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine se sont tendus.

Les rapports entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine se sont tendus.

La situation se tend encore un peu plus entre Ankara et Damas. Samedi 29 février, les forces turques ont frappé la Syrie et affirmé avoir détruit une « installation d'armes chimiques » dans la région d'Alep. Pour l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH, un ONG), ce serait plutôt un aéroport militaire qui aurait été ciblé. Ces nouvelles frappes interviennent alors que l'armée de Bachar el-Assad a mené des bombardements provoquant la mort de 33 militaires turcs jeudi 27 février. Vendredi, un autre soldat truc a été tué.

Lire aussi Soldats turcs tués en Syrie : Erdogan cherche la parade

« Ôtez-vous de notre chemin »

Face à cette situation très tendue, Ankara s'efforce depuis de rallier la communauté internationale. Pour faire pression sur l'Europe, elle a mis à exécution sa menace de laisser passer les migrants qui voudraient se rendre en Europe, notamment par la Grèce. La police grecque s'efforçait samedi de repousser avec des grenades lacrymogènes près de 4 000 migrants qui tentaient de franchir depuis la Turquie, dont certains jetaient des pierres en direction des forces de l'ordre, ont constaté des journalistes de l'Agence...

Explorez...

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...