La Grèce durcit sa politique migratoire

Le gouvernement conservateur multiplie les initiatives pour dissuader l'arrivée de migrants et appelle l'UE à la solidarité.

Face à l'urgence, tous les moyens sont bons. C'est un peu l'antienne du gouvernement grec qui veut tout essayer pour régler le dossier migratoire au plus vite. Depuis quelques jours, les annonces s'enchaînent et provoquent, à chaque fois, de vives réactions. À commencer par la mise en place d'un mur flottant, qui s'étendrait sur 2,7 kilomètres et mesurerait 1 mètres 10 de haut, dont 50 centimètres au-dessus de la mer. «Un projet pilote, que nous allons tester près d'Athènes, pour valider si ce type de frontière maritime nous aiderait à limiter les flux migratoires», confie au Figaro, Giorgos Koumoutsakos, vice-ministre de la protection civile en charge de l'immigration.

Dans le même ordre d'idées, ont été actés: le renfort de patrouilles de la marine en mer Égée, l'accélération de la procédure d'examen de demandes d'asile et la fermeture des centres d'accueil. Ces derniers, situés sur les îles de Lesbos, Chios, Kos, Leros et Samos, abritent quelque 41.000 migrants pour une capacité de 6

Explorez...
Ville: 
Pays: 

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...