Grèce, berceau de la «civilisation occidentale»

Un drapeau grec devant l'Acropole, le 21 août 2013, à Athènes.

Un drapeau grec devant l'Acropole, le 21 août 2013, à Athènes.

L'été approche, et c'est peut-être l'occasion de réfléchir sur ce qu'une visite chez nos voisins européens apporte ou n'apporte pas à l'éclosion plus que jamais nécessaire d'une conscience et d'une mémoire européennes. Comment aujourd'hui passer par Athènes sans s'interroger sur ce que deviennent les Grecs et sur les multiples passés dont ils sont issus ? Aux journalistes et aux experts, la tâche d'analyser une Grèce durement frappée par la crise et aujourd'hui sur la voie d'une reprise encore fragile. Au touriste historien, celle d'évaluer ce que lui livre la fréquentation des grands musées athéniens. Nos constats ne valent d'ailleurs pas que pour la Grèce mais concernent également, d'une manière générale, l'accès au passé que nous réservent ces lieux de mémoire où qu'ils se trouvent sur le globe.

Impossible de séjourner dans la capitale grecque sans monter sur l'Acropole en se faufilant entre les foules cosmopolites qui envahissent le site tôt le matin. La multitude est telle que la visite incite moins à réfléchir sur la signification du site que sur les paradoxes du tourisme de masse. Il est loin le temps où seules les élites cultivées de la vieille Europe s...

Explorez...
Ville: 
Pays: 

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...