Intérêt des entreprises françaises pour la Grèce

Leroy Merlin La chaîne de bricolage a ouvert son premier magasin en Grèce en 2007 et n'a cessé de se développer depuis comme si elle se défiait de la crise. Le groupe est parvenu à traverser les années de crise sans licenciement ni baisse des salaires, alors que le marché de l'habitat plongeait de 40 %. Une cinquième boutique a été inaugurée en septembre dernier à Athènes et Olivier Arduin, le directeur de Leroy Merlin Grèce projette deux autres ouvertures. Le secret ? Une offre compétitive et une adaptation constante de l'offre de produits pendant la crise liée davantage à la maintenance et à la rénovation qu'à la décoration et au jardin.

KissKissBankBank La plate-forme de financement participatif de projets s'intéresse à la Grèce. Son cofondateur Adrien Aumont compte sur sa participation à la visite présidentielle à Athènes pour rencontrer « les forces vives de la fintech " et avoir un échange fructueux sur les attentes des consommateurs et sur l'écosystème financier grec. Car, pour y installer ses services, il lui faut disposer d'éléments de monétique, d'un cadre réglementaire suffisamment souple et effectuer une plongée dans la culture du pays pour mesurer le degré de solidarité et d'entraide dont sont capables ses habitants. « Est-ce le bon moment ? j'ai encore pas mal de questions », reconnaît Adrien Aumont, qui envisage une possible installation en Grèce sur un temps « moyen ".

Explorez...

Ajouter un commentaire