Pour réunifier Chypre, «il faut des compromis gagnant-gagnant»

Nicosie: des barils et des sacs de sable bloquant une route. Bientôt un souvenir? Image: EPA

Nicosie: des barils et des sacs de sable bloquant une route. Bientôt un souvenir? Image: EPA

Ce lundi à Genève s'ouvre un marathon diplomatique afin de trouver «une solution juste, viable, basée sur les résolutions du Conseil de sécurité» pour la réunification et la création d'un futur Etat fédéral unifié de deux entités distinctes. En 1974, cette petite île méditerranéenne, d'un peu plus d'un million d'habitants, s'était scindée en deux. Suite à un coup d'Etat du côté grec et à l'invasion par l'armée turque du nord de l'île, une frontière divisait ce pays, membre de l'Union européenne.

«Nous avons trop subi»

«Les Chypriotes ont changé. Depuis 1974, l'île, alors essentiellement rurale, a accueilli beaucoup d'étrangers: Russes, Libanais, émigrés des Balkans, de nombreux touristes et maintenant les réfugiés», constate Michaël, jeune cadre quadragénaire à Nicosie. «On n'est plus du tout dans le système binaire d'une communauté face à l'autre, dans le tout ou rien....

Explorez...
Ville: 
Pays: 
Région: 

Ajouter un commentaire