Le plan d'aide de 85 milliards à la Grèce soumis à l'examen de l'Eurogroupe

Le ministre des Finances grec Euclide Tsakalotos soutenait le vote du plan de réformes devant le Parlement, jeudi à Athènes, et retrouvera ses collègues de l'Eurogroupe, vendredi après-midi à Bruxelles - Louisa Gouliamaki/AFP

Le ministre des Finances grec Euclide Tsakalotos soutenait le vote du plan de réformes devant le Parlement, jeudi à Athènes, et retrouvera ses collègues de l'Eurogroupe, vendredi après-midi à Bruxelles - Louisa Gouliamaki/AFP

Après le vote du projet de loi au Parlement, jeudi, l'aide à la Grèce est soumise à l'Eurogroupe vendredi. Le scénario d'un feu vert définitif au plan d'aide tient la corde.

Zoe Konstantopoulou, l'une des frondeuses les plus actives du parti Syriza, ne décolère pas contre le nouveau plan d'aide conclu par le Premier ministre grec. Il n'est, pour elle, que le résultat d'un «?chantage?» exercé par les créanciers contre son pays. Mais en tant que présidente du Parlement grec, elle n'a pas osé perturber outre mesure le déroulement du vote du projet de loi qui doit permettre la mise en ?uvre du troisième programme de soutien à l'économie.

Comme le souhaitait Alexis Tsipras , elle a convoqué, jeudi, les élus pour un vote en plénière dans la nuit sur les 400 pages du texte. La pilule est dure à avaler pour le parti radical de gauche du Premier ministre qui va encore se diviser , comme il l'a fait lors des votes précédents, en juillet. Mais en dépit de ces dissidences, le texte devrait être adopté à une large majorité grâce à l'appoint des voix de l'opposition. «?L'accord est difficile et contient des mesures récessives?», a souligné le ministre de l...

Explorez...

Ajouter un commentaire