Grèce : Cambadélis exhorte Berlin à «se souvenir des leçons de l'histoire»

Jean-Christophe Cambadélis à Poitiers, le 6 juin 2015. Crédits photo : Lemouton Stephane/ABACA

Jean-Christophe Cambadélis à Poitiers, le 6 juin 2015. Crédits photo : Lemouton Stephane/ABACA

«Mein lieber Freund». C'est en ces termes que le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, entame la lettre ouverte qu'il adresse ce jeudi «à un ami allemand». Un long texte dans lequel le député de Paris vante la «sincérité» de «l'amitié solide et profonde» qui lie les deux peuples, «c?ur et moteur de l'Europe», et lui «permet donc de dire les choses».

«L'Europe, justement, mon cher ami, ne comprend pas l'obstination actuelle de ton grand pays à vouloir s'enfermer dans ce rôle de petit père la rigueur», lance-t-il ainsi immédiatement après avoir souligné les «nombreuses vicissitudes» du couple franco-allemand. Avec notamment dans le viseur la fermeté de la chancelière Angela Merkel dans la gestion du dossier de la crise grecque.

«Panser les cicatrices du passé et penser les contours de l'avenir»

Fustigeant les «leçons budgétaires données à Athènes», le parlementaire socialiste reproche à l'Allemagne d'avoir la mémoire trop courte: «Ton pays aurait-il oublié la solidarité de la France aux lendemains mêmes des crimes atroces commis en ton nom? Oui, au sortir de la seconde guerre mondiale, de...

Explorez...

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...