Grand succès pour la première semaine grecque à Pau

balnaviko

Ce devait être un simple coup de projecteur sur le cinéma grec, ce fut au finale un programme complet sur la culture grecque, avec concert de musique, expo, conférences et films bien sûr, que la jeune association Philiki a proposé le week-end dernier à Pau, dans les Pyrénées Atlantiques.

Plus de 600 Palois ont pu ainsi découvrir quelques facettes du cinéma contemporain grec qui était programmé dans la grande salle du Méliès, du jeudi 24 au lundi 28 septembre. Des Palois, mais aussi des habitants des communes voisines, certains étaient même venus de Saragosse, de l'autre côté de la frontière franco-espagnole !

Les organisateurs avaient annoncé une programmation pour tous les goûts, et ils n'avaient pas menti. Entre le loufoque "L'attaque de la moussaka géante" de Panos Koutras et "Canine" de Yorgos Lanthimos pour cinéphiles atrophiés, on pouvait apprécier des valeurs sûres avec le dernier Angelopoulos "Eleni", découvrir "Strella" de Panos Koutras en avant-première ou encore, en aperçu du cinéma des Grecs de l'étranger, "Mariage à la grecque" de la grecoaméricaine Nia Vardalos.

Une conférence sur la langue grecque et une autre sur l'histoire du cinéma grec encadraient les projections, ainsi qu'une exposition de peintures avec pour thème la Méditerranée. La soirée du vendredi a connu un succès particulier, non seulement en nombre de spectateurs, mais aussi en niveau de satisfaction, si on juge par les applaudissements du public. Il est vrai que Mariage à la grecque, programmé ce soir, était plus qu'accrocheur, mais l'affiche proposait également en première partie un concert du trio rebetiko Balnaviko, formé de Grecs de Toulouse, qui se sont avérés excellents. Pour le cinéma d'art et d'essai du Méliès c'était l'affluence des grands soirs !

De quoi réjouir et rassurer les organisateurs de Philiki qui prennent ainsi rendez-vous pour l'année prochaine. "C'est la première fois qu'une manifestation grecque était organisée à Pau et notre crainte était qu'en cas d'échec on ne trouve pas de salle pour un nouvel essai", résume le jeune avocat, d'origine chypriote Panos Lipsos, co-président de l'association Philiki avec l'enseignant Michalis Nikolouzos. "Nous ne sommes qu'une poignée de Grecs à Pau, mais peut-être grâce à notre association et à des manifestations culturelles comme celle-ci, nous finirons pas nous découvrir plus nombreux !", espère, de son côté, Michalis. Dans l'attente, des nombreux philhellènes ont déjà manifesté leur intérêt pour l'association.

i-GR/AE

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...