Fillon en visite à Chypre condamne l'occupation turque de l'île.

"À la suite de nos initiatives, il y a un mouvement qui, nous l'espérons, mènera à des négociations pour un règlement global du problème chypriote", a dit M. Christofias dans une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre français François Fillon, en visite officielle sur l'île de Chypre.

Le Président Christofias a ajouté, "je tiens à préciser que nous n'avons pris aucun engagement à entamer des négociations sans progrès dans les travaux des groupes de travail".

De son côté, M. Fillon, s'exprimant sur les perspectives européennes de la Turquie, a dit que son pays ne peut accepter au sein de l'Union Européenne un pays qui maintient une armée d'occupation dans un autre pays-membre de l'UE. Le premier ministre français a répété sa préférence pour un partenariat privilégié avec la Turquie plutôt qu'une adhésion à l'UE, tandis qu'à propos du règlement de la question chypriote, il a dit quelle devrait se faire dans le respect du droit international.

Prétextant, une intervention de la junte des colonels, au pouvoir à l'époque à Athènes, l'armée turque s'est installée depuis 1974 dans le tiers nord de l'île de Chypre, poussant la population grecque à l'exode et conduisant à une division de fait de l'île. Les différentes négociations menées depuis n'ont pu conduire à la réunification de l'île et la partie occupée échappe au contrôle de la République de Chypre.

La partie chypriote grecque n'a pris aucun engagement en vue de la reprise des négociations pour le règlement de la question chypriote, s'il n'y a pas de progrès constatés dans des groupes de travail et des comités techniques, s'est empressé de souligner le Président de la République de Chypre, Dimitris Christofias, afin de lever toute ambiguïté à quelques jours de sa rencontre avec le nouveau dirigeant chypriote turc Mehmet Ali Talat prévue pour Mai 23.

Les deux hommes doivent discuter du travail accompli jusqu'ici dans les groupes de travail et des comités techniques créés suite à une première rencontre entre les chefs des deux communautés le 21 mars.

La déclaration qui avait été publiée à l'issue de cette réunion disait que Christofias et Talat se réuniraient à nouveau à la fin de Juin afin "de passer en revue les travaux des groupes de travail et des comités techniques, et à partir de leurs résultats, d'engager de véritables négociations sous les auspices du Secrétaire Général de l'Organisation des Nations Unies".

Visiblement, le président chypriote tient à rappeler à la partie chyproturque que les avancées des comités techniques devront être réels avant d'envisager des négociations à l'ONU.

i-GR/CNA

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire