Démonstration de force de l'extrême gauche au centre d'Athènes

manif

Au sixième jour de l'attentat à la roquette contre l'ambassade des Etats-Unis en Grèce attribué à l'organisation d'extrême gauche Epanastatikos Agonas (lutte révolutionnaire), plusieurs centaines de militants se revendiquant de l'"espace anti-pouvoir" sont venus aux affrontements directs dans les rues d'Athènes avec les forces de l'ordre en marge d'une manifestation contre la reforme constitutionnelle devant ouvrir le chemin aux universités privées.

Le premier des épisodes était noté au départ de la manifestation entre factions opposées se disputant la tête de la manifestation ! Ce fut finalement le Mouvement de la gauche unitaire et indépendante qui l'a emportée.

Après l'arrivée de la manifestation devant le Parlement, un premier incendie éclate rue Filellinon endommageant cinq véhicules et un commerce. La suite devait s'écrire contre les forces de l'ordre. Policiers et étudiants se retrouvent aux alentours de l'école Polytechnique où les forces de l'ordre sont arrosées d'une pluie impressionnante de cocktails molotov. Les tenues de trois policiers prennent feu. Quelques deux cents jeunes s'enferment dans l'Ecole Polytechnique où le cache-cache avec les forces de l'ordre va durer toute la soirée.

Mais alors que le quartier de Polytechnique se calme, les troubles reprennent du côté de la faculté des Sciences économiques, rue Patision, où plusieurs jeunes se sont réfugiés et d'où ils opèrent lueurs sorties et les lancements des cocktails molotov. Les affrontements vont durer jusqu'au petit matin jeudi. La circulation a été interrompue dans les grands axes environnants et n'a été rétablie que vers 7h30 jeudi.

A noter que la semaine avait commencé par la réapparition en appel du chef opérationnel de l'organisation terroriste 17N, Dimitris Koufontinas, qui retrouvait ainsi la tribune du… tribunal, d'où il pouvait interpeller ses juges et les insulter à volonté sans aucun risque d'être poursuivi d'outrage à magistrat. Des bravoures que les jeunes ados adorent et où les vieux ados en manque de révolution puisent leur motivation.

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire