Chypre et Malte à l'Union Européenne dès 2002

L'adhésion de Chypre pourrait prendre un sérieux coup d'accélérateur à l'issue de la prochaine réunion du Conseil européen qui doit se tenir le 14 et 15 décembre à Laeken. Le Premier ministre belge, Guy Verhofstadt, dont le pays assure la présidence de l'UE, a annoncé ce week-end à Gand qu'il envisageait de "donner [à Laeken] des indications sur les pays qui sont dans la bonne voie pour achever ces négociations avant la fin de 2002".

Les Quinze comptaient initialement élargir leur cercle aux nouveaux pays à partir de 2004. Or, Chypre réunit les conditions d'adhésion depuis longtemps. Le différent avec la Turquie occupant la moitié nord de l'île avait été une des raisons de retard en espérant trouver une solution négociée à la division de fait de l'île. Or, les représentants turco-chypriotes ont conduit à l'impasse les pourparlers menés sous l'égide de l'ONU ; allant jusqu'au refus de se rendre à New York le mois dernier à l'invitation du Secrétaire Général Cofi Annan. D'autre part la Turquie n'a marqué aucun progrès dans son processus d'adhésion à elle, notamment sur le plan de la démocratisation de sa vie politique.

Les récents attentats contre les Etats-Unis ont renforcé l'Union européenne dans sa conviction qu'il faut aller plus loin dans l'harmonisation des dispositifs en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme et son financement. Sur ce terrain aussi Chypre a fait preuve de bon élève ; soupçonnée d'être un paradis fiscal pour les avoirs de Ben Laden, elle a pleinement coopéré avec les autorités internationales pour le démantèlement de ses réseaux financiers.

Si le cas de Chypre et de Malte ne semble pas faire problème, les dix autres candidats à l'Europe des 27 devront "batailler" dur pour figurer parmi les meilleurs dans ce qui est déjà appelé "la liste de Laeken"

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire