La Grèce tente de panser ses plaies grâce à une solidarité populaire

Les débris calcinés d'une habitation à Rafina, où on a retrouvé le plus de victimes des incendies dévastateurs du début de semaine. Image: DR

Les débris calcinés d'une habitation à Rafina, où on a retrouvé le plus de victimes des incendies dévastateurs du début de semaine. Image: DR

Huitante-sept morts, quarante-neuf blessés, dont plus d'une dizaine en réanimation, de nombreux disparus que les autorités recherchent aussi bien sur terre qu'en mer, plus de 32 000 hectares brûlés rien que dans la région de l'Attique, Mati l'épicentre des incendies devenue ville fantôme, tel est le bilan terrible des incendies en Grèce.

Heureusement, les pluies diluviennes ont éteint tous les autres foyers, entraînant néanmoins des inondations catastrophiques. Mais le pays reste toujours sous le choc: «Il ne reste plus rien de toute une vie passée, plus rien de ce que m'avaient laissé mes parents, mes grands-parents. Je suis nue, seule au monde désormais», balbutie cette vieille femme errant dans les rues calcinées de la petite ville côtière martyre de Mati.

Mais le plus insoutenable, ce sont les cris inhumains des familles à la morgue d'Athènes, où se fait l...

Explorez...
Ville: 
Pays: 

Commentaires

Je vais en Grèce depuis trente ans, amoureux de ce pays et de la façon de vivre de ses habitants, je suis atterré par cette catastrophe qui les touche, d’autant plus si il s’avère que c’est criminel.

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...