Thermopyles, poème de Cavafy

Last updated juin 26, 2015. Proposé et traduit par efthymiouthomas en janvier 4, 2012. Edited by admin. (Log in to edit this page.)

Catégorie: 
Année: 
1903

Cavafy emploie la métaphore des Thermopyles et de la détermination des hoplites grecs qui se dressèrent face à l'immense armée perse, pour rendre hommage à ceux qui restent fidèles à leurs idéaux.

Θερμοπύλες

Κείμενο (αυθεντικό): [ translittérer ]

Τιμὴ σὲ ἐκείνους ὅπου στὴν ζωὴν των
ὥρισαν καὶ φυλάγουν Θερμοπύλες.
Ποτὲ ἀπὸ τὸ χρέος μὴ κινοῦντες·
δίκαιοι κ᾿ ἴσιοι σ᾿ ὅλες των τὲς πράξεις,
ἀλλὰ μὲ λύπη κιόλας κ᾿ εὐσπλαχνία·
γενναῖοι ὁσάκις εἶναι πλούσιοι,
κι ὅταν εἶναι πτωχοί, πάλ᾿ εἰς μικρὸν γενναῖοι,
πάλι συντρέχοντες ὅσο μποροῦνε·
πάντοτε τὴν ἀλήθεια ὁμιλοῦντες,
πλὴν χωρὶς μίσος γιὰ τοὺς ψευδόμενους.

Καὶ περισσότερη τιμὴ τοὺς πρέπει
ὅταν προβλέπουν (καὶ πολλοὶ προβλέπουν)
πῶς ὁ Ἐφιάλτης θὰ φανεῖ στὸ τέλος,
κ᾿ οἱ Μῆδοι ἐπιτέλους θὰ διαβοῦνε.

Thermopýles, Kaváfī poíīma

Timī́ sé ekeínous ópou stī́n zōī́n tōn
ὥrisan kaí fylágoun Thermopýles.
Poté apó tó chréos mī́ kinoúntes·
díkaioi k᾿ ísioi s᾿ óles tōn tés práxeis,
allá mé lýpī kiólas k᾿ ef̱splachnía·
yennaíoi osákis eἶnai ploúsioi,
ki ótan eἶnai ptōchoí, pál᾿ eis mikrón yennaíoi,
páli syntréchontes óso ḇoroúne·
pántote tī́n alī́theia omiloúntes,
plī́n chōrís mísos yiá toὺs psev̱dómenous.

Kaí perissóterī timī́ toὺs prépei
ótan provlépoun (kaí polloí provlépoun)
pṓs o Ἐfiáltīs thá faneí stó télos,
k᾿ oi Mī́doi epitélous thá diavoúne.

Thermopyles

Texte (traduction) :

Honneur à ceux qui dans leur vie
S'établirent et gardent les Thermopyles1
Jamais du devoir ils ne s'écartent ;
Justes et constants en tous leurs actes
Mais, déjà, avec tristesse et compassion ;
Généreux lorsque riches, et quand
Pauvres, de leur peu, encore généreux,
Accourant à l'aide, autant qu'ils le peuvent ;
Toujours ils disent la vérité,
Sans haine pour ceux qui mentent.

Et plus encore d'honneur leur est dû
Quand ils prévoient (et beaucoup le prévoient)
Qu' en dernier lieu Éphialtès apparaîtra2,
Et que, à la fin, les Mèdes3 passeront.

  • 1. Toponymie de la Grèce centrale où eu lieu une bataille des Grecs luttant pour contenir l'avancée des Perses en 480 av. J.-C. La bataille est restée célèbre par le courage et la détermination des hoplites grecs, 300 Spartiates et 700 Thespiotes menés par le roi de Sparte Léonidas face aux 200.000 soldats de l'armée perse conduits par Xerxès.
  • 2. Éphialtès : fils de Gaïa ou de Poséidon, son nom signifie "cauchemar". Ici, il s'agit d'Éphialtès de Trachis fils d'Eurydémos qui conduisit les Perses sur le sentier d'Anopée par lequel ils ont pu encercler et massacrer les soldats de Léonidas.
  • 3. Pour les auteurs de la Grèce antique les Mèdes étaient synonymes des Perses.

Présentation

Cavafy emploie la métaphore des Thermopyles et de la détermination des quelques centaines d'hoplites grecs qui se dressèrent face à l'immense armée perse dans l'étroit passage ménant à Athènes, pour rendre hommage à ceux qui restent fidèles à leurs idéaux d'autant qu'ils savent qu'ils seront trahis et qu'ils perdront la bataille. Beaucoup se sont arrêtés là de la leçon à tirer de ce poème quitte à faire un hymne à tous les bornés et têtes brûlées de la terre et autres jusqu'au-boutistes suicidaires. Or, Cavafy prend soin de préciser avec moult adjectifs les vertus de ses héros qui ne se résument pas à la seule fidélité à ses propres idéaux : ils sont certes habités par la détermination et le sens du devoir, mais les héros de Cavafy sont aussi justes, constants et généreux, francs et compassionnels, ne connaissant point la haine.

Références

Avez-vous trouvé cela intéressant ?

Total de votes : 0

Commentaires

Ça pourrait aussi vous intéresser...