Oi 7 nanoi sto s/s Cyrenia (Les 7 nains à bord du Cyrenia) - poésie de Nikos Kavvadias

Last updated janvier 2, 2020. Proposé et traduit par iNFO-GRECE en décembre 31, 2019. Edited by admin. (Log in to edit this page.)

Catégorie: 
Année: 
1951

"Les 7 nains à bord du s/s Cyrenia / Οι 7 νάνοι στο s/s Cyrenia" a été écrit par Nikos Kavvadias pour sa nièce, qui lui a demandé d'écrire quelque chose sur les sept nains du conte de fées. La poésie Nikos Kavvadias est inspirée de sa propre expérience de marin à bord des paquebots transatlantiques de 1949 à 1974.

Le Cyrenia de Hellenic Mediterranean Lines Ltd en 1947. Archive de P. Berti
Le Cyrenia de Hellenic Mediterranean Lines Ltd en 1947. Archive de P. Berti

Οι 7 νάνοι στο s/s Cyrenia

Κείμενο (αυθεντικό): [ translittérer ]

Εφτά. Σε παίρνει αριστερά, μην το ζορίζεις
Μάτσο χωράνε σε μια κούφιαν απαλάμη
Θυμίζεις κάμαρες κλειστές, στεριά μυρίζεις
Ο πιο μικρός αχολογάει μ' ένα καλάμι

Γυαλίζει ο Σημ της μηχανής τα δυο ποδάρια
Ο Ρεκ λαδώνει στην ανάγκη το τιμόνι
Μ' ένα φτερό ξορκίζει ο Γκόμπυ τη μαλάρια
κι ο στραβοκάνης ο Χαράμ πίτες ζυμώνει

Απ' το ποδόσταμο πηδάνε ως τη γαλέτα
-Μπορώ ποτέ να σου χαλάσω το χατήρι;
Κόρη ξανθή και γαλανή που όλο εμελέτα
ποιος ρήγα γιός θε να την πιεί σ' ένα ποτήρι

Ραμάν αλλήθωρε, τρελέ, που λύνεις μάγια,
κατάφερε το σταυρωτό του νότου αστέρι
σωρός να πέσει να σκορπίσει στα σπιράγια,
και πες του κάτω από ένα δέντρο να με φέρει

Ο Τοτ, του λείπει το ένα χέρι μα όλο γνέθει,
τούτο το απίθανο σινάφι να βρακώσει
Εσθήρ, ποια βιβλική σκορπάς περνώντας μέθη;
Κωνσταντίνα, δε μιλάς; Γιατί τρεκλίζουμε οι διακόσιοι;

Κουφός ο Σάλαχ το κατάστρωμα σαρώνει
- Μ' ένα ξυστρι καθάρισέ με απ' τη μοράβια
Μα είναι κάτι πιο βαθύ που με λερώνει
- Γιέ μου πού πας; Μάνα, θα πάω στα καράβια

Κι έτσι μαζί με τους εφτά κατηφοράμε
Με τη βροχή, με τον καιρό που μας ορίζει
Τα μάτια σου ζούνε μια θάλασσα, θυμάμαι...
Ο πιο στερνός μ΄έναν αυλό με νανουρίζει

Oi 7 nánoi sto s/s Cyrenia - poíīsī Níkou Kavvadía

Eftá. Se paírnei aristerá, mīn to zorízeis
Mátso chōráne se mia koúfian apalámī
Thymízeis kámares kleistés, steriá myrízeis
O pio mikrós achologáei m' éna kalámi

Yyalízei o Sīm tīs mīchanī́s ta dyo podária
O Rek ladṓnei stīn anágkī to timóni
M' éna fteró xorkízei o Gkómpy tī malária
ki o stravokánīs o Charám pítes zymṓnei

Ap' to podóstamo pīdáne ōs tī galéta
-Ḇorṓ poté na sou chalásō to chatī́ri?
Kórī xanthī́ kai galanī́ pou ólo emeléta
poios rī́ga yiós the na tīn pieí s' éna potī́ri

Ramán allī́thōre, trelé, pou lýneis máyia,
katáfere to stav̱rōtó tou nótou astéri
sōrós na pései na skorpísei sta spiráyia,
kai pes tou kátō apó éna déntro na me férei

O Tot, tou leípei to éna chéri ma ólo gnéthei,
toúto to apíthano sináfi na vrakṓsei
Esthī́r, poia vivlikī́ skorpás pernṓntas méthī?
Kōnstantína, de milás? Yiatí treklízoume oi diakósioi?

Koufós o Sálach to katástrōma sarṓnei
- M' éna xystri kathárisé me ap' tī morávia
Ma eínai káti pio vathý pou me lerṓnei
- Yié mou poú pas? Mána, tha páō sta karávia

Ki étsi mazí me tous eftá katīforáme
Me tī vrochī́, me ton kairó pou mas orízei
Ta mátia sou zoúne mia thálassa, thymámai...
O pio sternós m΄énan av̱ló me nanourízei

Les 7 nains à bord du Cyrenia

Texte (traduction) :

Sept. Ça passe à gauche, ne force pas
Tout un paquet, ça tient dans le creux de la main
Tu sens les chambres closes ; la terre, tu sens
Le plus jeune gazouille avec un roseau

Les deux pieds de la machine Sim asticote
Au besoin, Reck graisse le gouvernail
Avec une plume Gobby conjure la malaria
et le boiteux Haram, pétrit les tartes

De l’étambot ils sautent jusqu’à la galette1
- T’ai-je jamais refusé une faveur ?
Fille blonde aux yeux bleus qui en permanence sondait
quel fils de roi la siroterait dans un verre

Bigleux Raman, fou, qui défais les sorts
fais que l’étoile du Sud, celle en croix,
tombe en miettes sur les lanterneaux
et dis-lui de me transporter sous un arbre

A Tot, il manque un bras ; mais il ne cesse de filer
pour cette incroyable bande de marins parer
Esther, quelle soulerie biblique sens-tu en passant ?
Constantine, tu ne parles pas ? Parce tous deux cents que nous sommes à chanceler ?

Sourd, Salah déferle sur le pont
- Avec une râpe, nettoie-moi cette laque
Mais il y a quelque chose de plus profond qui me salit
- Où vas-tu mon fils ? Mère, je pars sur les navires

Ainsi, avec les sept nous dévalons
Avec la pluie, avec le temps qui nous commande
Tes yeux vivent la mer, je me souviens…
Le plus tardif me berce avec un fifre

  • 1. galette : disque en forme de galette en haut du mat

Présentation

Né en Mandchourie de parents Céphaloniens, Nikos Kavvadias est est un poète éminent de la mer et des marins. Sa poésie est inspirée de sa propre expérience de radiotélégraphiste de 1949 à 1974, tandis que son premier embarquement remonte à 1928 comme mousse à l'âge de 18 ans. Kavvadias, qui avait déjà publié plusieurs poèmes, a écrit "Les 7 nains à bord du s/s Cyrenia", pour faire plaisir à sa petite nièce, qui lui a demandé d'écrire quelque chose sur les sept nains du conte de fées dont un dessin ornait sa chambre. "Les 7 nains à bord du s/s Cyrenia / Οι 7 νάνοι στο s/s Cyrenia" fait partie de la collection Traverso.

Avec le Cyrenia, Kavvadias a voyagé pour la première fois en 1949. Le paquebot Cyrenia a été inauguré en 1991 sous le nom de s/s Maunganui. Il appartenait à la société néo-zélandaise Union Line qui l'avait commandé aux chantiers navals de Glasgow en Ecosse. Au début, il desservait les liaisons entre l'Australie et la Nouvelle-Zélande de part et d’autre de la mer de Tasmanie. Il était considéré comme l'un des navires les plus fiables et les plus luxueux de l'époque. Durant la Première Guerre mondiale, il a été réquisitionné en 1914 pour transporter les troupes néo-zélandaises en Égypte. En 1922, la route Sydney-San Francisco a été lancée. Avec le début de la Seconde Guerre mondiale, le Maunganui est retourné sur les routes inter-tasmaniennes pour remplacer les navires qui avaient été recrutés pour les besoins de la guerre, avant d’être réquisitionné à son tour pour servir d’hôpital militaire.

À la fin de la guerre, ses propriétaires pensaient qu'après 35 ans de service, le Maunganui avait atteint la fin de sa carrière et ne valait pas la peine d'être rénové. C’est alors que la Companhia Naviera del Atlantica, basée au Pirée, a manifesté son intérêt pour le transfert d'immigrants européens en Australie. Après que divers changements ont été apportés au navire pour les nouveaux besoins, c'est-à-dire que tous les luxes ont été retirés, le Maunganui a été repris par les Hellenic Mediterranean Lines (Ελληνικές Μεσογειακές Γραμμές / Lignes Helléniques Méditerranéennes) du Pirée et renommé en Cyrenia et sous pavillon panaméen a servi au marché des immigrants depuis les ports du Pirée, de Malte et de Gènes à destination de Melbourne. En 1954, et alors que les observations sur la sécurité de Cyrenia commençaient à devenir plus perssantes, la fermeture du canal de Suez a sonné la fin de vie du navire qui a été démantelé à Savone, en Italie, en 1957.

Avez-vous trouvé cela intéressant ?

Total de votes : 0

Adaptations musicales

Ça pourrait aussi vous intéresser...