Le Grèce et le British Museum discutent d’un rapatriement des marbres du Parthénon

Les marbres du Parthénon avait été emmenés à Londres en 1802.

Les marbres du Parthénon avait été emmenés à Londres en 1802.

«Les administrateurs du British Museum sont libres de parler à qui ils veulent mais nous n'avons pas le projet de changer la loi.» Lundi, le porte-parole du Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a tenu à rappeler fermement la position du gouvernement sur l'un des grands différends qui agite, de longue date, le secteur mondial des musées. A savoir la restitution des marbres du Parthénon, demandée officiellement et sans succès par la Grèce depuis le début du XXe siècle. Des pièces devenues, depuis 1802, maîtresses du British Museum. Londres affirme que les sculptures ont été «acquises légalement» par le diplomate britannique lord Elgin qui les a revendues au British Museum. La Grèce soutient qu'elles ont été l'objet d'un «pillage» alors que le pays était sous occupation ottomane.

Samedi, le quotidien d'Athènes Ta Nea affirmait que des négociations secrètes auraient lieu depuis un an entre le président du British Museum de Londres, George Osborne, et le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis. Le premier s'était déclaré ouvert, mi-juin, au principe d'un accord avec Athènes pour partager les marbres. «Je pense qu'un accord est possible pour raconter [leur] histoire...

Explorez...

Ajouter un commentaire