Grèce : les pompiers tentent de maîtriser un feu important près d'Athènes

Après le mont Penteli la semaine dernière, c'est le mont Parnès, la deuxième des trois collines qui encadrent Athènes, qui était en feu mardi, répandant des cendres et des fumées sur la capitale grecque. LOUISA GOULIAMAKI / AFP

Après le mont Penteli la semaine dernière, c'est le mont Parnès, la deuxième des trois collines qui encadrent Athènes, qui était en feu mardi, répandant des cendres et des fumées sur la capitale grecque. LOUISA GOULIAMAKI / AFP

Athènes s'est réveillée mercredi 4 août dans des fumées épaisses et l'odeur âcre de l'incendie qui s'est déclaré la veille au nord de la capitale grecque, au pied du mont Parnès, que les pompiers espéraient maîtriser «».

Une dizaine de maisons ont brûlé et des dizaines d'entreprises, tavernes et habitations ont subi d'importants dégâts mardi après-midi et dans la nuit à Varympompi, à 30 km au nord-ouest d'Athènes, selon les premières estimations des autorités.

Varympompi, où s'est rendu le premier ministre Kyriakos Mitsotakis mercredi matin, ne ressemblait plus qu'à un village fantôme vidé de ses habitants, a constaté un vidéaste de l'AFP. Plus de 300 personnes avaient été évacuées de cette localité et de deux autres villages voisins.

Mercredi matin, «», a annoncé le service de presse des pompiers. Plus de 500 pompiers avec cinq hélicoptères et une dizaines des bombardiers d'eau étaient toujours à pied d'œuvre mercredi matin.

Une canicule exceptionnelle

Le feu s'était déclaré mardi après-midi alors que la Grèce est frappée depuis une semaine par une canicule exceptionnelle, avec des températures dépassant les 43 degrés Celsius par endroits...

Explorez...

Ajouter un commentaire