Tourisme: Grèce, Espagne, Italie... La course contre la montre pour sauver l’été

En Croatie, les chaises longues sont quasi désertes sur la plage de Banje. Située à quelques minutes du centre historique, c'est la plus célèbre de Dubrovnik. ANTONIO BRONIC/REUTERS

En Croatie, les chaises longues sont quasi désertes sur la plage de Banje. Située à quelques minutes du centre historique, c'est la plus célèbre de Dubrovnik. ANTONIO BRONIC/REUTERS

Venise se languit, abandonnée depuis plus d'un an par les hordes de visiteurs du monde entier qui défilaient auparavant en rangs serrés dans ses petites rues. À Rome, les fêtes de Pâques se dérouleront sans les foules de fidèles habituels de la place Saint-Pierre. Et ce n'est pas près de s'arranger: l'Italie vient d'imposer une quarantaine obligatoire de cinq jours aux voyageurs venus d'Europe.

Autre ambiance: à Majorque, des milliers d'Allemands, épuisés par les restrictions, s'offrent quelques jours de répit au soleil. Des centaines de vols font la navette entre l'île des Baléares et l'Allemagne, même si le trafic reste 60 à 80 % inférieur à son niveau de 2019. Les Français partis - avant le reconfinement - s'encanailler sur les terrasses ouvertes de Madrid ou Valence créent des polémiques dans la presse locale. L'Espagne veut tout faire pour empêcher la réédition de l'année noire 2020, qui a vu son PIB chuter de 11 % - et d'un quart pour les Baléares.

De son côté, la Grèce, après une récession

Explorez...

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...