L’accueil au compte-gouttes des mineurs réfugiés des îles grecques

Il aura fallu attendre un peu plus d'un mois pour commencer à passer des promesses aux actes. Six semaines après que dix pays membres de l'Union européenne et la Suisse se furent engagés à accueillir quelque 1 600 mineurs réfugiés sur les îles grecques, cinquante-trois d'entre eux étaient attendus en Allemagne, samedi 18 avril, trois jours après l'arrivée d'un premier groupe de douze au Luxembourg.

Agés de 5 à 17 ans, ces enfants et adolescents sont originaires de Syrie et d'Afghanistan, à l'exception de deux Erythréens et de deux Irakiens, dont les mères sont déjà en Allemagne. Comme c'est désormais la règle pour toute personne arrivant sur le sol allemand après plusieurs jours à l'étranger, les cinquante-trois mineurs qui devaient atterrir à Hanovre depuis Athènes, samedi, seront soumis à une quarantaine de deux semaines afin de vérifier qu'ils n'ont pas contracté le Covid-19.

Début avril, l'annonce de l'arrivée de ce premier groupe avait été accueillie avec un certain malaise en Allemagne, certains accusant le gouvernement de se donner bonne conscience à peu de frais. Un sentiment notamment exprimé par le Spiegel, qui, le 8 avril, écrivait de façon...

Explorez...

Ajouter un commentaire