190 migrants retrouvés à bord d’un navire échoué en Grèce

À Athènes, les autorités s'interrogent: le «bateau citerne passeur» serait-il une nouvelle méthode pour contourner le blocus frontalier imposé par les Grecs?

L'île de Kéa est située à quelques encablures d'Athènes. Réputée pour ses criques et ses plages d'eau cristalline, ses paysages verdoyants, elle fait partie de l'archipel des Cyclades. Ce petit coin de paradis est rarement dans les radars de l'actualité. Lundi, un bateau citerne turc long d'un quarantaine de mètres y a échoué, sans doute détourné par les vents violents qui soufflent souvent sur cette partie de la mer Égée. Il était alors 4 heures du matin. Ce navire des années 60 provenait de Smyrne, en Turquie, et se dirigeait vers l'Italie, lorsqu'il a commencé à tanguer et demandé à amarrer à Kéa. Les cinq gardes-côtes de l'île alertés n'ont pas vu, à leur grande surprise, l'équipage en descendre, mais ils se sont retrouvés face à 190 réfugiés et migrants, dont 38 enfants en bas âge et trois femmes prêtes à accoucher.

Tous étaient, apparemment, en bonne santé - un constat rassurant, en pleine crise sanitaire due au Covid-19, alors que confinement et distanciation sociale s'imposent partout.

Explorez...

Ajouter un commentaire