La Grèce veut capter les fortunes étrangères pour doper l’économie

La nouvelle loi fiscale que s’apprête à adopter le gouvernement conservateur de Kyriakos Mitsotakis a pour but de redynamiser l’économie grecque.

La nouvelle loi fiscale que s’apprête à adopter le gouvernement conservateur de Kyriakos Mitsotakis a pour but de redynamiser l’économie grecque.

La Grèce affiche une croissance de 0,6 % du PIB au troisième trimestre, mais les investissements en provenance de l'étranger restent timides.

Vous êtes armateur, industriel ou riche retraité, vous en avez assez de payer trop de taxes dans votre pays et vous rêvez de vous installer au bord de la mer Égée. Alors c'est votre jour de chance. La Grèce vous attend les bras ouverts.

Ainsi peut se résumer la nouvelle loi fiscale que s'apprête à adopter le gouvernement conservateur de Kyriakos Mitsotakis. Nommé «non-dom» et déposé aujourd'hui au Parlement, ce projet de loi a pour but de redynamiser l'économie grecque, qui se redresse doucement après une décennie de crise et de récession. La Grèce affiche une croissance de 0,6 % du PIB au troisième trimestre, mais les investissements en provenance de l'étranger restent timides. Or, c'est un moteur essentiel de la relance, selon le premier ministre. Ainsi, à condition de résider six mois dans le pays, et d'y investir 500.000 euros, en immobilier ou en actions, l'imposition annuelle pour les nouveaux venus sera plafonnée à 100.000 euros.

Cette réforme fiscale répond aux critiques des investisseurs étrangers sur le...

Explorez...
Pays: 

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...