Pékin souhaite le retour à Athènes des frises du Parthénon exposée à Londres

La Grèce a construit en 2008 un nouveau musée pour accueillir les frises du Parthénon. LOUISA GOULIAMAKI/AFP

La Grèce a construit en 2008 un nouveau musée pour accueillir les frises du Parthénon. LOUISA GOULIAMAKI/AFP

Lors d'une visite d'État en Grèce, le président Xi Jinping a expliqué sa position en soulignant qu'il réclame également le retour de nombreuses œuvres culturelles dans son pays.

Le président chinois Xi Jinping a affiché mardi son soutien à la Grèce, lors d'une visite d'État de trois jours à Athènes, pour le rapatriement des frises du Parthénon exposées actuellement au British Museum à Londres. Le chef d'État chinois a notamment déclaré lors de sa visite du musée de l'Acropole, au dernier jour de son déplacement officiel à Athènes: «Non seulement je suis d'accord avec le retour des frises du Parthénon mais je vous assure de notre soutien, parce que nous aussi nous avons de nombreuses œuvres culturelles chinoises hors de notre pays que nous tentons de récupérer.»

» LIRE AUSSI - L'Europe reste une priorité des investissements chinois

Les frises du Parthénon ont été saisies au début du XIXe par l'ambassadeur britannique à la cour ottomane de l'époque, Lord Elgin, et sont actuellement exposées au British Museum de Londres. Selon les Britanniques, les dirigeants ottomans en Grèce lui avaient accordé la permission de les emporter.

» LIRE AUSSI - L...

Explorez...
Pays: 
Personnes: 

Ajouter un commentaire