Thessalonique, la belle hellène

La cité grecque a été en grande partie ravagée par un incendie en 1917. Mais les rues Edessis et Agiou Mina, dans l’ancien quartier de négoce et d’huile d’olive, ont été épargnées. Restaurants et bars y côtoient des lieux culturels pétris de mémoire.

Culture underground au Bensousan Han

Abandonné au mitan des années 1970, ce bâtiment de 1910 a été transformé il y a une dizaine d'années en centre culturel alternatif. Dans ce lieu superbement décati, on vient voir des expositions de photos, des installations d'art contemporain, des spectacles de danse, et écouter des concerts de piano. Un vestige à découvrir autant pour son atmosphère fantomatique que pour sa programmation.

Nuits blanches et bleues chez Bahar

C'est dans un immeuble bourgeois des années 1930 que ce boutique hotel a ouvert il y a un an. Dans les chambres, des pans de mur en brique dialoguent avec une décoration d'une sobriété contemporaine, portée par des teintes bleues et blanches typiques de la Grèce. L'hôtel se veut un symbole de cette ville multiculturelle : si Bahar signifie « épices » en grec, il veut aussi dire « renaissance » en turc…

Cocktails en hauteur au Matute

A l'intersection des rues Edessis, Agiou Mina et Katouni, ce rooftop est ouvert tout l'été. Pour y accéder, il faut emprunter un ascenseur au fond du couloir d'un immeuble d'habitation et monter jusqu'au troisième étage. On arrive alors sur une...

Explorez...
Catégorie de l'article: 
Pays: 

Ajouter un commentaire