Athènes évite (temporairement) le défaut de paiement

A Nauplie, le 19 février.

A Nauplie, le 19 février.

Et bis repetita. Les capitales européennes se sont à nouveau félicitées après l'accord conclu jeudi soir en deux heures sur le déblocage d'une nouvelle aide financière à la Grèce. «Je crois que l'on peut dire que la Grèce est sortie d'affaire, s'est même enthousiasmé le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire. Nous avons trouvé avec nos partenaires de la zone euro un bon accord qui doit permettre au pays de sortir des difficultés économiques.» A l'issue des discussions, les créanciers de la Grèce (FMI, BCE et Mécanisme européen de stabilité) ont donc consenti un prêt de 8,5 milliards d'euros, prélevé sur l'enveloppe du troisième plan d'aide à la Grèce (86 milliards d'euros), adopté pendant l'été 2015. Certes, la Grèce évite ainsi le défaut de paiement. Mais aussitôt encaissés par Athènes, la quasi-intégralité des 8,5 milliards repartira dans les caisses des créanciers de la Grèce. Athènes est donc en mesure d'honorer les 7 milliards de dette qui arrive à échéance en juillet.

Mais la pilule risque d'être amère pour les Grecs, puisque en échange de cette nouvelle tranche financière, le Premier ministre, Aléxis Tsípras, a dû accepter une quatorzième...

Explorez...
Ville: 
Pays: 
Personnes: 

Ajouter un commentaire