Le flou sur un nouveau réaménagement de la dette grecque va persister

Pour l'instant, le FMI et les Européens continuent de diverger sur l'effort supplémentaire que ces derniers devront faire afin d'assurer la solvabilité d'Athènes pour les décennies à venir en raison d'hypothèses de croissance et de trajectoires budgétaires différentes. (Crédits : REUTERS/Alkis Konstantinidis/File Photo)

Pour l'instant, le FMI et les Européens continuent de diverger sur l'effort supplémentaire que ces derniers devront faire afin d'assurer la solvabilité d'Athènes pour les décennies à venir en raison d'hypothèses de croissance et de trajectoires budgétaires différentes. (Crédits : REUTERS/Alkis Konstantinidis/File Photo)

Les ministres des finances de la zone euro réunis cet après-midi à Luxembourg en présence de la directrice du Fonds monétaire international Christine Lagarde devraient, selon toute vraisemblance, donner leur feu vert au déboursement des 7 milliards d'euros dont le gouvernement Tsipras a besoin pour rembourser la Banque centrale européenne en juillet.

La clé de ce déblocage est attendue de l'accord de principe donné par le FMI à sa participation au programme. Cet assentiment permettra notamment au gouvernement d'Angela Merkel de recevoir l'aval du parlement allemand pour libérer les fonds.

« Je m'attend à voir terminer la mise en œuvre du rapport (sur les réformes) par les autorités grecques... d'une façon qui soit en ligne avec la lettre et la téléologie du mémorandum » d'août 2015 entre Athènes et ses créanciers européens. « Si la même opinion est partagée par les quatre institutions [Commission, Banque centrale, Mécanisme européen de stabilité, Eurogroupe, Ndlr], j'ai confiance dans le fait que la cinquième [le FMI, Ndlr] pourra réunir son conseil d'administration en lui proposant un programme », a expliqué cette semaine un responsable européen.<...

Explorez...

Ajouter un commentaire