5 questions que vous vous posez sur le référendum grec

Un homme colle une affiche en faveur du non au référendum grec, sur le mur du siège de la Banque de Grèce, le 3 juillet 2015. (ARIS MESSINIS/AFP)

Un homme colle une affiche en faveur du non au référendum grec, sur le mur du siège de la Banque de Grèce, le 3 juillet 2015. (ARIS MESSINIS/AFP)

Journée de suspens pour les Grecs ce dimanche 5 juillet invités à se prononcer par référendum à partir de 7h du matin sur le plan de sauvetage de la zone euro proposé par les institutions financières internationales. 

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a tenté vendredi de galvaniser une dernière fois ses compatriotes, les appelant à dire "non à ceux qui tentent de semer la panique", alors que le oui semblait remonter dans un sondage (1). Mais les jeux étaient encore loin d'être faits, un autre sondage, réalisé cette fois pour Bloomberg par l'Université de Macédoine, montrant un pays coupé en deux. Ce qu'il faut savoir de ce référendum. 

1Quelle question sera posée aux Grecs ?

"Acceptez-vous le projet d'accord soumis par la Commission européenne, la Banque Centrale Européenne et le Fonds Monétaire International lors de la réunion de l'Eurogroupe du 25/06/2015 et composé de deux parties, qui constitue leur proposition unifiée??" C'est la question à laquelle 10 millions de Grecs devront répondre ce dimanche 5 juillet par oui ("nai") ou par non ("oxi"). 

La consultation ne porte pas sur le maintien, ou non, de la Grèce dans la zone...

Explorez...

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...