"L'échec des négociations avec la Grèce serait l'échec de l'Union européenne"

Zoé Konstantopoulou, la plus jeune présidente du parlement grec. (Crédits : Reuters)

Zoé Konstantopoulou, la plus jeune présidente du parlement grec. (Crédits : Reuters)

La Tribune - Croyez-vous aujourd'hui qu'un accord avec les créanciers sur la base des conditions du gouvernement grec est possible ?

Zoé Konstantopoulou - C'est une question de démocratie. Le gouvernement grec a été récemment élu sur un mandat clair : protéger la société contre la crise humanitaire provoquée par les politiques d'austérité imposées par les memoranda ; renforcer l'Etat de droit et l'Etat social ; restaurer les procédures démocratiques qui ont été violées à de nombreuses reprises pour imposer ces mesures et, enfin, créer des bases pour permettre ce qui est un des buts principaux de l'Union européenne : la prospérité de ses peuples et de ses sociétés.

Parallèlement, les négociations se déroulent alors même que ce gouvernement a commencé à mettre en place son programme. Il va de soi que tous les partenaires européens et toutes les institutions qui prennent part à ces négociations doivent respecter ce processus. Accepter que ces buts ne soient pas possibles, c'est accepter qu'il n'y ait plus de démocratie.

Comment réagit la société grecque à cette négociation longue et pénible ?

Le gouvernement peut compter sur un appui...

Explorez...
Pays: 

Ajouter un commentaire