La gauche radicale grecque fait chuter l'euro à son plus bas niveau en 11 ans

L'euro entraîne dans sa baisse le pétrole. Crédits photo : © Kai Pfaffenbach / Reuters/REUTERS

L'euro entraîne dans sa baisse le pétrole. Crédits photo : © Kai Pfaffenbach / Reuters/REUTERS

L'euro a la gueule de bois. La monnaie unique digère mal ce lundi matin la victoire électorale du parti anti-austérité Syriza hier à Athènes. Déjà plombée par l'annonce de la BCE, jeudi, d'un vaste programme de rachats de dette publique et privée à partir de mars 2015, la monnaie européenne poursuit sa chute ce matin. Elle s'est affichée brièvement à 1,1098 dollar à Tokyo, son plus faible cours depuis septembre 2003, avant de remonter doucement la pente à 1,1200 dollar. La devise commune a aussi connu un nouvel accès de faiblesse vis-à-vis de la monnaie nippone, à 130,14 yens, cours qui n'avait pas été vu depuis septembre 2013.

Les investisseurs voient d'un mauvais ?il la victoire historique de Syriza, dont l'objectif est de renégocier l'énorme dette du pays. Son leader, Alexis Tsipras souhaite surtout mettre un terme à la politique d'austérité dictée au pays par la troïka (Banque centrale européenne, Union européenne et Fonds monétaire international) depuis quatre ans, en échange de 240 milliards d'euros de prêts pour sauver le pays de la faillite. C'est la première fois qu'un dirigeant européen est élu sur le rejet explicite des politiques difficiles imposées par l...

Explorez...

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...