Visite du président arménien en Grèce : accord sur les échanges culturels et économiques

papoulias sargsyan

Les présidents de Grèce et d'Arménie, MM. Papoulias et Sargsyan, ont signé mardi à Athènes un mémorandum d'entente pour les préparatifs des programmes intitulés "Journées de la culture arménienne en Grèce" en 2012 et "Journées de la culture grecque en Arménie" en 2013, alors qu'il a été convenu de prendre des initiatives pour un réchauffement des relations économiques entre les deux pays.

Le ministre de la Culture et du Tourisme, Pavlos Geroulanos, présent à la cérémonie d'accueil au palais présidentiel du chef d'Etat arménien, en visite officielle en Grèce, a signé pour sa part avec son homologue arménienne, Hasmik Poghossian, un mémorandum sur des échanges culturels gréco-arménien qui auront lieu dans les grandes villes des deux pays.

M. Geroulanos recevra mercredi au ministère Mme Poghossian pour des discussions plus détaillées sur les dossiers de coopération culturelle.

Dans ses premières déclarations d'accueil du président arménien, M. Papoulias s'est d'emblée référé très directement au rôle de la Turquie dans l'histoire des deux pays, et exprimé l'espoir qu'Ankara répondra aux efforts du gouvernement grec de construire une nouvelle relation.

M. Papoulias a, par ailleurs, souligné que si la Grèce n'avait pas "le poids économique des armements, elle n'aurait pas besoin du FMI", ajoutant que "nous donnons plus d'argent que tous nos alliés pour les armements et ceci est injuste pour un peuple pacifique. Nous gardons l'espoir toutefois".

M. Sargsyan s'est référé lui aussi de son côté à la Turquie, parlant de "voisin difficile et de problèmes difficiles" entre voisins qui "continuent à discuter à partir d'une position forte, et qui continuent comme toujours à revendiquer tout et de plus même très vite".

Le président arménien a reconnu certes que "les temps changent", déclarant "nous avons nos propres espoirs et visions pour l'avenir de nos pays".

MM. Papoulias et Sargsyan ont passé en revue de manière détaillée les relations harmonieuses de coopération entre les deux pays, se disant convaincu d'un resserrement possible.

Etaient présents pour la partie grecque lors de cette entrevue, les ministres des Affaires étrangères, Dimitris Droutsas, du Développement régional et de la Compétitivité, Michalis Chryssochoïdis, de la Culture et du Tourisme, Pavlos Geroulanos, ainsi que le secrétaire d'Etat aux AE, Dimitris Dollis.

Vers un réchauffement des relations économiques Grèce-Arménie

Le ministre du Développement régional et de la Compétitivité, Michalis Chryssochoïdis, et le ministre arménien de l'Economie, Tigran Davtyan, sont convenus mardi, en marge de la visite officielle du président arménien, de prendre des initiatives pour un réchauffement des relations économiques entre les deux pays.

M. Davtyan a invité le ministre grec à Erevan, accompagné d'une mission d'hommes d'affaires, pour donner une nouvelle impulsion aux relations économiques, le volume des échanges commerciaux se trouvant à un très bas niveau, alors qu'a été décidée la mise en place de groupes d'experts chargés d'étudier les domaines interessants pour des investissements.

Les échanges commerciaux Grèce-Arménie sont décrits comme étant en chute libre ces dernières années, avec en particulier entre 2005-2009 une régression de l'ordre de 38,4% des exportations-importations. En 2009, la balance commerciale était en faveur de la Grèce avec 8,5 millions d'euros.

En ce qui concerne les investissements grecs en Arménie, on les chiffre à $85.000 en 2007 (bâtiment-travaux publics et services), selon des données des autorités arméniennes, la Grèce figurant cette année-là pour la dernière fois sur le tableau des investisseurs.

1er forum d'affaires gréco-arménien à Athènes organisé par EBEA

Le premier forum d'affaires gréco-arménien, qui a lieu mercredi à Athènes, à l'occasion de la visite officielle du président de l'Arménie, Serge Sargsyan, constitue une "occasion importante" pour le développement des relations commerciales bilatérales, mais aussi pour le rapprochement de la Grèce à la région de la mer Noire et pour l'Arménie à l'UE, a dûment invoqué le secrétaire aux Affaires étrangères, Spyros Kouvélis, en déclarant l'ouverture des travaux dudit forum.

En se référant aux affinités politiques et culturels des deux pays, M. Kouvélis a souligné que ce forum d'affaires constitue une occasion pour les hommes d'affaires grecs et arméniens de collaborer dans divers secteurs, tels que l'énergie, les transports, le commerce et le bâtiment.

Le président de la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Athènes (EBEA), Constantin Michalos, lequel organise ce forum, a souligné les hauts rythmes de croissance de l'économie arménienne ainsi que la nécessité d'extraversion de l'économie grecque, afin que les entreprises grecques avec le soutien du ministère des AE et d'autres organismes comme EBEA puisse se développer en Arménie à des niveaux satisfaisants.

Le ministre arménien de l'Economie, Tigran Davtyan, s'est référé à l'économie de son pays laquelle est orientée vers l'UE et la Grèce, la qualifiant de "fenêtre" vers l'UE.

M. Davtyan a par ailleurs mentionné le rapprochement institutionnel des deux parties, tant en Politique européenne de voisinage, que pour la signature du Protocole de collaboration, explicitant par la suite que son pays vise à la stabilité macroéconomique et à l'application des critères de Maastricht.

Enfin, le ministre arménien a exhorté les entrepreneurs grecs "à porter leur regard sur l'Arménie", ajoutant qu'une mission d'affaires serait bientôt organisée.

i-GR/ANA-MPA

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...