Condoleezza Rice à Athènes : viendra, viendra pas ?

Le secrétaire d'Etat américain, Condoleezza Rice, pourrait se rendre très prochainement à Athènes, profitant notamment de la session des ministres des Affaires étrangères de l'OTAN, qui aura lieu à Sofia, Bulgarie, jeudi et vendredi 27-28 avril. Toutefois, afin d'éviter des mobilisations anti-américaines annoncées par les communistes grecs, aussi bien le Département d' Etat américain que le ministère grec des Affaires étrangères s'est refusé à confirmer ou infirmer une visite imminente.

Le cabinet ministériel restreint s'est réuni mardi sous la présidence du Premier ministre, Costas Caramanlis, pour entendre un rapport du ministre des Affaires étrangères, Dora Bakoyannis, sur les grands dossiers actuels que sont l'optique européenne des pays balkaniques, les relations greco-américaines, la question chypriote et les relations entre Athènes et Ankara.

Dans des déclarations de presse à l'issue de la réunion, Mme Bakoyannis a rappelé la position très claire de la Grèce concernant l'optique européenne de la Turquie, ce pays ayant le soutien de la Grèce, Ankara devant pour sa part respecter ses engagements pris vis-à-vis de l'UE pour que les portes s'ouvrent et que la Turquie deviennent membre de l'UE.

Il reste que des problèmes récurrents de santé compliquent la présence des dirigeants turcs dans les grands rendez-vous diplomatiques. Après le ministre turc des Affaires étrangères, M. Gül, qui n'avait pu se rendre comme programmé le mois dernier à Washington, c'est le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, souffrant d'un lumbago, que les rumeurs veulent absent de la rencontre interbalkanique prévue à Thessalonique les 3-5 mai prochains.

Mme Bakoyannis a refusé de commenter cette information, renvoyant à la semaine prochaine la publication de la liste officielle des participants.

En ce qui concerne la visite éventuelle à Athènes du secrétaire d'Etat américain, Condoleezza Rice, le ministre grec a rappelé que Mme Rice avait exprimé son souhait de visiter Athènes et Ankara à un moment donné, lors de leurs entretiens récemment à Washington, mais elle a démenti les informations de presse fixant cette visite la semaine prochaine.

Dans des dépêches de Washington lundi soir, on apprenait que le porte-parole du Département d'Etat, Sean McCormack avait confirmé que Mme Rice conduirait la délégation américaine à la session des ministres des Affaires étrangères de l'OTAN, qui aura lieu à Sofia jeudi et vendredi 27-28 avril, l'occasion d'y rencontrer ses homologues grec et turc, Mme Bakoyannis et M. Gül.

Toutefois M. MacCormack a souligné qu'aucune date n'avait été fixée pour la visite de Mme Rice à Athènes, répétant l'expression du ministère grec des Affaires étrangères qu'il est prévu que Mme Rice se rende en Grèce et en Turquie "à un moment donné".

 

Un "moment donné" qui sera sans doute précisé le plus tard possible afin d'éviter des mobilisations hostiles alors que l'actualité internationale autour de la question des actions à mener pour faire plier l'Iran dans ses projets nucléaires donnerait l'occasion d'attiser le traditionnel climat antiaméricain en Grèce et en Turquie.

Le KKE (parti communiste grec) a réagi mardi à la visite du secrétaire d'Etat américain annonçant d'emblée des manifestations et s'interrogeant si cette nouvelle rencontre avec Mme Bakoyannis ne signifierait pas des préparatifs d'une guerre contre l'Iran.

Rappelant la demande du parti pour la fermeture des bases américaines en Crète, le KKE a averti que "la ND (Nea Dimokratia, conservateurs au gouvernement) et le PASOK (socialistes) ont de lourdes responsabilités s'ils suivent une nouvelle fois la même tactique que dans le cas de l'Irak. Le peuple grec et la jeunesse doivent être prêts à se mobiliser", conclue le communiqué communiste.

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire