A l'occasion de la fête nationale, la classe politique salue les idéaux de liberté et d'indépendance du peuple grec

defile lycees

Dans son message aux communautés grecques de l'étranger à l'occasion de la Fête nationale du 25 mars, le Président de la République, Carolos Papoulias, a rendu hommage "à ce morceau exceptionnel de l'hellénisme ayant tellement offert à la Grèce et aux autres pays", soulignant que la leçon historique laissée par les héros de la Révolution de 1821 est "un lourd patrimoine pour les Grecs d'aujourd'hui, dont le devoir suprême est de servir avec responsabilité, concorde et unité les idéaux de liberté, indépendance nationale, justice et démocratie, et de rester attachés aux principes et valeurs qui tout au long des siècles ont gardé vivante la flamme de l'hellénisme".

"Nos efforts et notre lutte", écrit encore M. Papoulias, "doivent aujourd'hui s'accentuer, compte tenu des défis majeurs qui se profilent, tant au plan national qu'international, alors qu'avant tout prime l'unité de l'hellénisme dans le monde entier".

Dans son message vendredi à la Nation, M. Papoulias, a appelé au consensus et à la concorde entre les Grecs, pour "pouvoir assurer une présence forte de l'hellénisme dans le monde, luttant encore plus résolument pour la paix, la démocratie, la sécurité et pour construire une société solidaire, juste et humaine".

"La commémoration de ce moment historique suprême serait inutile", a encore dit M. Papoulias, "si on se limitait uniquement à se le remettre à la mémoire", pour ajouter au contraire qu'il s'agit de "s'inspirer des leçons du passé pour le présent et l'avenir, en se remémorant les luttes et les sacrifices qui ont tant coûté pour instaurer la liberté et l'indépendance nationale".

Vendredi matin, les élèves de 11 collèges, 13 lycées, avec en tête les scolaires du lycée de Kalavryta d'où selon la tradition est parti le soulèvement des Grecs contre l'occupant ottoman, porteurs du drapeau de la Révolution de 1821, ont défilé à Athènes comme tous les ans, saluant la tribune des officiels dressée devant le Parlement, place Syntagma, et applaudis par une foule nombreuse d'Athéniens.

Pour la première fois, un chef de l'Etat assistait au défilé étudiant, M. Papoulias voulant ainsi marquer son soutien à la jeunesse et déclarent du reste que "nous devons envelopper la jeunesse de confiance et d'amour pour appuyer leur rêve de changer le monde".

M. Papoulias assistera à la messe solennelle qui sera célébrée en la cathédrale d'Athènes samedi, puis déposera une gerbe au Monument du Soldat inconnu et suivra le défilé des forces armées et des corps de sécurité.

Messages de la classe politique pour la fête nationale du 25 mars

"La commémoration du 25 mars a pour tous les Grecs une importance et un symbolisme particuliers", a souligné jeudi le Premier ministre, Costas Caramanlis, dans un message à l'occasion de la double fête de l'Orthodoxie et de l'Hellénisme "qui met l'accent sur l'intemporalité des valeurs et idéaux qui ont inspiré les combattants de la révolution contre l'empire ottoman", tout en soulignant que "185 ans après, l'exigence de liberté, d'indépendance nationale, de justice et de dignité continue à unir les Grecs en tant que critère de notre action collective".

M. Caramanlis observe encore qu'à présent le peuple grec a la chance de vivre une longue période de paix et de démocratie, et le pays est reconnu au niveau international comme une force de paix et de stabilité dans la région de l'Europe du Sud-Est et du Moyen Orient, tout en appuyant avec force l'orientation européenne de ses voisins.

La présidente du Parlement, Anna Psarouda-Bénaki, met quant à elle en exergue "le respect et l'admiration dus au combat des héros de 1821 qui nous ont garanti la liberté", ajoutant que "tous ont conscience du grand héritage dont nous avons hérité et de notre devoir de nous tenir à la hauteur de ces hommes et de leurs actes".

"Les dangers, à présent, sont différents. Nous n'avons pas de conquérants, nous ne souffrons d'aucun joug, mais nous devons rester vigilants pour garantir ce dont nous jouissons", a-t-elle ajouté.

Le KKE et Synaspismos ont également émis des messages pour la fête nationale, le KKE soulignant notamment que "la voie de la lutte organisée et résolue est celle que préfère le peuple pour se débarrasser des problèmes que lui imposent les oppresseurs et non la voie de la soumission", tandis que Synaspismos observe que "la lutte pour l'indépendance, les droits de l'Homme et les progrès sociaux est toujours d'actualité", tout en mettant l'accent sur "la valeur intemporelle du message selon lequel le droit des petits pays est plus fort que les empires de chaque époque et de toute logique des rapports de force".

i-GR/ANA

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire