Le maire d'Athènes prône le modèle d'amitié franco-allemande dans les relations Grèce-Turquie

La Grèce et la Turquie doivent devenir les deux piliers jumeaux de la stabilité et de la prospérité en Europe du Sud-Est, sur le modèle de la France et de l'Allemagne, qui malgré des bains de sang versés au cours de l'histoire, ont été les locomotives de l'unification européenne, a déclaré le maire d'Athènes, Dora Bakoyanni, s'adressant à Istanbul à la faculté des Sciences politiques de l'Université du Bosphore.


La grande majorité des Européens et le système politique européen souhaitent voir la Turquie intégrer l'Union européenne, a assuré Mme Bakoyanni, se disant convaincue que les objections à l'encontre de l'européanisation de la Turquie seront levées, comme l'avaient été autrefois celles contre la Grèce.

Sans passer outre aux différends continuant à exister entre la Grèce et la Turquie, le maire d'Athènes faisant notamment mention des violations aériennes, estimant toutefois que les hommes politiques des deux pays sauront régler les problèmes.

En conclusion, Mme Bakoyanni a estimé que la présence du Patriarcat œcuménique de Constantinople était à l'avantage de la Turquie. "Il peut être", a-t-elle affirmé, "la preuve constante de la tolérance, de l'objectivité et de l'acceptation par la Turquie du pluralisme culturel, religieux et national".

Mme Bakoyannis doit se rendre samedi au Phanar pour être reçue par le patriarche œcuménique Bartholomeos 1er, après avoir eu précédemment des entretiens avec le maire d'Istanbul et des hommes politiques.

i-GR/ANA

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...