Le 'gouvernement' chyproturc veut dicter la conduite de l'Union Européenne

Le Conseil des Affaires générales de l'Union Européenne devrait exprimer sa tristesse pour le fait que Chypre n'entrera pas unie dans l'Union Européenne après le rejet samedi dernier du plan Annan par la communauté grecque de l'île, selon le projet de déclaration sur les conclusions de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE aujourd'hui à Bruxelles. Le 'Premier ministre' de l'Etat turc autoproclamé du Nord de Chypre avait demandé à ce que l'Union Européenne gèle l'adhésion de Chypre.


Les 259 millions d'euros, soit 2.590 euros par votant turc du samedi dernier, envisagés comme première aide pour les chyproturcs par l'Union Européenne, n'ont pas suffi à l'insatiable appétit turc, comme les dirigeants tiennent à tirer un maximum de profit du vote positif de la communauté turque de Chypre au plan Annan abolissant l'actuelle République de Chypre et portant sur la création d'un nouvel Etat fédéral à base ethnique. Le 'Premier ministre' de l'Etat turc autoproclamé dans le nord de l'île occupé par l'armée turque, Mehmet Ali Talat, a demandé officiellement à la présidence irlandaise de l'Union Européenne d'ajourner l'adhésion de Chypre à l'Union européenne qui doit intervenir le 1er mai prochain jusqu'à ce qu'une solution de réunification soit trouvée, selon des informations de l'Agence France Presse.

M. Talat devrait rencontrer demain le commissaire de l'UE à l'élargissement Günter Verheugen. Il devrait se rendre par la suite à Ankara. Aussi, mercredi, le Président de Chypre Tassos Papadopoulos est attendu à Athènes.

Selon des informations les délégations grecque et chypriote ont eu profil bas à la réunion ce matin à Bruxelles du Conseil des Affaires Générales visant à calmer quelques chancelleries excitées qui comptaient exercer une critique sévère envers le vote des Chypriotes-grecs.

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire