Chypre divisée: le climat de confiance revient autour de la table de Noël.

Le fameux dîner entre le Président de Chypre, Glafkos Cléridès, et le leader turco-chypriote du Nord occupé de l'île, Raouf Denktash, a finalement eu lieu hier soir au domicile de M. Cléridès, dans le secteur libre de Nicosie. Placé sous haute sécurité, dont le déploiement des forces de l'ordre et de l'armée étaient visibles dans la capitale chypriote, le dîner marque selon les experts une nouvelle ère dans le processus d'unification de l'île en vue de son adhésion prochaine à l'Union Européenne.

Le 5 décembre, le Président Cléridès avait créé la surprise en acceptant l'invitation de M. Denktash à se rendre dans la partie occupée de Nicosie pour assister au dîner que le leader turco-chypriote donnait à l'honneur du représentant des Nations Unies. M. Cléridès avait promis de rendre l'invitation aussitôt que possible.

Le nouveau dîner hier soir se serait déroulée dans un "bon climat" selon les proches de la Présidence chypriote, bien que la table offerte par M. Cléridès soit plus sobre que celle proposée par R. Denktash le 5 décembre, note la presse chypriote. Bien que les échanges autour de la table devait servir en premier lieu de relations publics et d'établissement d'un climat de confiance en vue des pourparlers directs du mois de janvier, M. Cléridès aurait profité de l'occasion pour aborder les questions humanitaires concernant le sort de plusieurs milliers de chypriotes disparus lors de l'invasion turque de l'île en 1974 ainsi que les conditions de vie des chypriotes enclavés en zone occupée. Supposition confirmée par les déclarations faites par M. Denktash dans la presse turco-chypriote à son retour selon lesquelles il affirmerait que "les deux côtés devront faire tout ce qu'il faut au sujet des personnes disparues".

Pour permettre à M. Denktash de rendre la politesse, aussi bien les autorités de Chypre que la communauté internationale ont dû faire quelques entorses sur les principes, Denktash étant considéré sur le plan légal comme un dictateur et un auteur de nombreuses violations de droits de l'homme aussi bien à l'égard de la population grecque qui a fuit l'invasion turque en 1974 qu'à l'égard de la population turco-chypriote restée.

Mais ce qui est en jeu actuellement c'est la réussite de la reprise des pourparlers directs sur l'avenir de Chypre qui doivent démarrer le 16 janvier. Raouf Denktash, après avoir constaté l'isolement dans lequel il s'était trouvé après le sabotage continue depuis quatre ans des discussions indirectes sous médiation onusienne, avait demandé à la mi-novembre l'instauration d'un dialogue direct avec le Président de Chypre.

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...