Préparatifs des JO d'Athènes : des progrès malgré les retards

Après trois jours de visite à Athènes et d'évaluation de l'avancement des travaux pour les Jeux Olympiques de 2004, le Comité international olympique a tenu à exprimer son inquiétude sur la capacité des organisateurs athéniens à livrer dans les délais l'ensemble des infrastructures sportives.

Toutefois, le président de la commission de coordination du CIO, Denis Oswald, dans la conférence de presse qu'il a donnée avant son départ, ne remet pas en cause la tenue des Jeux dans la capitale grecque.

Denis Oswald a admis que des progrès étaient accomplis dans le domaine du marketing et de la communication, mais il a demandé une accélération des travaux et une meilleure coordination des organismes impliqués. Les échéances n'auraient pas été respectées dans le calendrier des phases initiales de construction sur des dizaines de projets. Le président de la commission de coordination a notamment insisté sur le retard des infrastructures routières, "si vous n'avez pas de route pour accéder aux meilleures installations techniques, évidemment cela ne sert à rien", a-t-il averti.

Le CIO a demandé à ce que le gouvernement grec et le Comité organisateur local fassent des propositions concrètes d'ici la prochaine visite du CIO en novembre. Les autorités grecques ont assuré que ces retards étaient dus à des obstacles juridiques et archéologiques. La Présidente d'Athènes 2004 (organisateur local)Gianna Angelopoulos-Daskalaki a de son côté renvoyé le gouvernement devant ses responsabilités : "nous avons aussi besoin du soutien du gouvernement, surtout de ses actions, […] dans ce partenariat avec Athènes 2004, c'est au gouvernement de jeter les fondations de Jeux Olympiques superbes", a-t-elle déclaré avant de se féliciter des mesures gouvernementales pour le renforcement de la sécurité et de la coopération internationale pour la lutte anti-terroriste.

Total de votes : 0

Ajouter un commentaire