Aller au contenu principal

La fin des "visas d'artistes" pour les cabarets chypriotes

Profile picture for user iNFO-GRECE
Publié dans iNFO-GRECE le

NICOSIE (de notre envoyé spécial) - Après un long bras de fer entre le gouvernement chypriote et les organisations de soutien aux victimes du trafficking, la république de Chypre s'est résolue d'abolir le 1 novembre dernier le statut de visa d'artistes ; des visas qui étaient, en fait, des visas pour les animatrices des cabarets-bordels du pays, lequel se veut aujourd'hui bon élève en accueillant une importante conférence internationale sur le sujet.

Maintenant que la première manche est gagnée, ces mêmes organisations: Anti–Trafficking mouvement in Cyprus ; Mouvement Stop Trafficking of people (New York) ; Acces ( Genève ) and Friends of Humanity (Genève), organisent une conférence internationale à Nicosie contre la traite des êtres humains.

Pendant trois jours des juristes, des activistes, des médecins, des journalistes, mais aussi la responsable de l'unité de lutte contre le traffic de la police de Chypre Rita Superman, des responsables du gouvernement et des services sociaux, l'Eglise chypriote, des diplomates et des personnalités venues des quatre coins du monde comme Célhia de la Varenne, fondatrice et présidente de Stop Internationnal, ou Machael Korzinski, psychiatre de la fondation Bamber à Londres qui s'occupe de la situation psychique des victimes, vont débattre de la situation et essayer de trouver des solutions.

Le but de cette conférence, qui va durer trois jours, est avant tout de se donner un plan d'action ; une sorte de feuille de route sur trois ans, car, comme le souligne Androula Enriquez organisatrice de cette conférence « si les visas ont été abolis les problèmes demeurent »

Par exemple, et ce sera à l'avocat Haris Stavrakakis (photos) également organisateur de cette conférence, d'en débattre, quid des procès contre les souteneurs et cabaretiers qui n'aboutissent jamais à une condamnation ? Pourquoi est ce que l'unité anti trafficking de la police de Chypre ne se composent que trois jeunes policiers inexpérimentés ? Quid de la réinsertion des victimes dans leurs pays d'origine ? Peuvent elle seulement rentrer chez elles ?

A cet égard le témoignage de Nikolai Rantchev, dont la file, victime de cabaretiers chypriotes, s'est suicidée, sera déterminant. D'autant que Nikoloi Rantchev a décidé de porter plainte contre l'Etat chypriote devant les tribunaux européens. Une première qui risque de faire jurisprudence.

Plusieurs films et reportages seront projetés durant cette conférence, dont Chypre les Visas de l'Horreur, Chypre les deux visages, ou encore Frontline : les Esclaves Sexuelles.

A noter que des activistes du Nord de Chypre, toujours occupée par l'armée turque, et un avocat membre de la fondation des droits de l'homme Ceren Coynuklu seront présents afin de présenter, témoignages à l'appui, la situation catastrophique des victimes de trafficking dans cette partie de l'île. Là, aussi, c'est une première qu'il faut saluer.

i-GR/Angelique Kourounis

Notes complémentaires

Διεθνές Συνέδριο εναντίον της Εμπορίας Προσώπων
International Anti-Trafficking Conference
Du 19 au 21 novembre 2008
Hilton Park
Nicosie, Chypre

Soyez le premier à noter cet article