Les armateurs grecs, indispensables convoyeurs du pétrole russe

Navires-citernes au large de Singapour en juillet 2019. Edgar Su / REUTERS

Navires-citernes au large de Singapour en juillet 2019. Edgar Su / REUTERS

Alors que l'embargo européen sur le pétrole russe prendra effet le 5 décembre, les acteurs de la marine marchande ajustent depuis plusieurs mois leurs routes commerciales afin de réduire progressivement les importations de brut. "En mars 2021, plus d'un quart des importations des États membres de l'Union européenne provenaient de Russie, soit 17 millions de tonnes. En octobre 2022, les cargaisons importées en Europe depuis la Russie ont été considérablement réduites. Leur part a chuté de 33 %, à 11 millions de tonnes, soit 13 % de part de marché", précise ainsi Ta Nea.

Les pays européens se désengagent progressivement du marché, tandis que la Chine et la Turquie ont vu leurs importations de pétrole russe augmenter respectivement de 52 % et 30 %, informe le quotidien grec.

Première flotte mondiale

Pour les pays...

Explorez...

Ajouter un commentaire