L’exceptionnelle ville byzantine découverte sous le sol de Thessalonique est menacée de destruction

En mettant au jour le croisement des deux axes (cardo et decumanus) de la ville byzantine, c'est un site d'une valeur exceptionnelle, daté entre le IVe et le IX siècle après J.-C., qui est apparu sous le sol de Thessalonique. Son déplacement signerait sa mort archéologique. SIMEPN GESAFIDIS

En mettant au jour le croisement des deux axes (cardo et decumanus) de la ville byzantine, c'est un site d'une valeur exceptionnelle, daté entre le IVe et le IX siècle après J.-C., qui est apparu sous le sol de Thessalonique. Son déplacement signerait sa mort archéologique. SIMEPN GESAFIDIS

«Une calamité comparable au bombardement du Parthénon en 1687.» L'exemple brandi par plus de 200 spécialistes pour alerter les autorités grecques sur le risque de destruction que courent les vestiges exceptionnels mis au jour à Thessalonique est bien fait pour convaincre. Transformé en poudrière par les Ottomans au cours de la guerre de Morée, le Parthénon, dont l'état de conservation était alors très bon, avait été touché le 26 septembre 1687 par un tir de mortier vénitien qui provoqua la destruction de ses murs et de son toit. Autant dire que la découverte la plus importante de l'archéologie byzantine depuis la Seconde Guerre mondiale est très gravement menacée.

C'est à la faveur de la construction du métro, entamée en 2006, qu'ont été peu à peu mis au jour à Thessalonique, cinq mètres en-dessous du sol actuel, des vestiges exceptionnels: le croisement du cardo et du decumanus, les deux avenues principales de la ville byzantine - alors la deuxième de l'empire après Constantinople - avec un triple arc triomphal, un pavement formé d'immenses dalles de marbre, des colonnades de part et d'autre des chaussées, des magasins, des niches en marbre...

Explorez...

Commentaires

Ajouter un commentaire