Tensions en Méditerranée: les ambitions d’Erdogan dépassent le bras de fer avec Athènes

DÉCRYPTAGE - L'homme fort de la Turquie compte aller jusqu'au bout des travaux lancés pour défendre ses droits en Méditerranée orientale et en mer Égée.

L'escalade a été évitée de justesse. Après une semaine de tensions politico-militaires et un intense marathon diplomatique, Ankara a finalement provisoirement renoncé, mardi 28 juillet, à son projet d'exploitation d'hydrocarbures au large des côtes grecques. «Notre président a déclaré que tant que les négociations sont en cours, nous allons attendre quelque temps afin d'adopter une attitude constructive», a indiqué le porte-parole de Recep Tayyip Erdogan, Ibrahim Kalin, en précisant que la Turquie était prête à discuter avec la Grèce, «un pays voisin important».

À lire aussi : Le gouvernement grec met en garde l'Europe contre les «provocations» turques

La discorde trouve son origine dans la délimitation du plateau continental autour de l'île grecque de Kastellorizo, située à 2 kilomètres des côtes turques et à plus de 560 kilomètres de la Grèce continentale. Faisant fi des craintes d'Athènes, Ankara prend, mardi 21 juillet, l'initiative controversée de dépêcher son navire de...

Ajouter un commentaire