Grèce: l’État devra rembourser les retraites amputées

Le Conseil d'État juge illégales les baisses de pensions imposées pendant la crise depuis 2011.

La décision spectaculaire du Conseil d'État du 29 juillet dernier aurait pu être un soulagement pour les deux millions et demi de retraités grecs. La réalité s'annonce plus compliquée. La plus haute juridiction administrative de Grèce a annulé pour inconstitutionnalité les baisses des pensions de retraite et de retraite complémentaire infligées fin 2012 par le gouvernement conservateur d'Antonis Samaras.

À lire aussi : Coronavirus: la Grèce, de mouton noir à bonne élève de l'Europe

Sous tutelle budgétaire de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI), l'exécutif avait été contraint de procéder à des coupes sévères sur les revenus des retraités pour maîtriser l'envolée du déficit. Ainsi, dès 2011, les pensions étaient amputées de 11 milliards d'euros. Aussitôt, quelque 250.000 retraités répliquaient en portant plainte contre l'État au motif qu'aucune étude d'impact n'a été menée.

Malgré cette procédure judiciaire, les gouvernements successifs ont continué la même politique de rigueur: 4 milliards d'euros de coupes sur les...

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...