La police grecque a tiré à balles réelles sur des migrants début mars

Les gardes-frontières grecs ont tiré à balles réelles sur des migrants lors des troubles qui ont éclaté début mars à la frontière avec la Turquie, ressort-il d'une enquête menée notamment par le magazine allemand Der Spiegel, le collectif d'enquête Bellingcat et la plateforme journalistique néerlandaise Pointer (KRO-NCRV). 

Un homme pakistanais a certainement été abattu par les balles grecques et plusieurs migrants ont été blessés lorsque début mars, des centaines de réfugiés ont été dirigés vers la frontière par la Turquie. La Grèce nie toute responsabilité et parle de "fausses informations du côté turc". Les Verts au Parlement européen exigent désormais une enquête.

Une reconstruction des événements sera diffusée vendredi soir sur les chaînes néerlandaises, que la députée européenne Tineke Strik (GroenLinks) a déjà pu visionner. "C'est incroyable que les autorités grecques ont tiré à balles réelles sur des personnes innocentes aux frontières européennes. Cela ne peut rester impuni."

© AP

Mme Strik exige des éclaircissements du gouvernement grec et de la Commission européenne. Cette dernière avait salué l'action de la Grèce et ignoré les...

Explorez...

Ajouter un commentaire