Coronavirus: la Grèce, de mouton noir à bonne élève de l’Europe

Longtemps fustigé pour la mauvaise gestion de son budget, le pays ne provoque plus de maux de tête à l'Union européenne. Au contraire, dans la crise du Covid-19, elle fait figure d'exemple.

À Athènes

C'est assez rare pour le souligner. Lors d'une discussion avec les membres du Parti populaire européen (PPE), Kyriakos Mitsotakis, le premier ministre grec, a suggéré la tenue de leur prochaine réunion en Grèce. L'idée a immédiatement séduit ses interlocuteurs, qui l'ont actée. Cette approbation ne se serait sans doute jamais produite si la Grèce avait géré la crise du Covid-19 avec le même laxisme qu'elle l'a fait pour son budget, ces trente dernières années.

Le pays, également touché par le coronavirus, réunissait pourtant tous les ingrédients pour que cette crise sanitaire se transforme en nouvelle tragédie: une population vieillissante, comme en Italie, mais surtout dix années de crise économique (2008-2018) qui lui ont coûté la perte de 25% de son PIB, soit un quart de sa richesse. Les coupes imposées par les créanciers publics d'Athènes (FMI, UE, BCE) ont laissé des hôpitaux publics dans un état de grande précarité, avec un manque notoire de...

Explorez...
Ville: 

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...