« Tout a été annulé. Je vais perdre la moitié de mon revenu » : en Grèce, le secteur vital du tourisme est à l’arrêt

A quelques encablures du Stade panathénaïque et du plus grand hôpital d'Athènes, Evangelismos, Charilakis Dallas se sent bien seul dans son café-pâtisserie d'ordinaire pris d'assaut par les habitués.

Depuis la mi-mars, tous les magasins, exceptés les supermarchés et les pharmacies, sont fermés en raison de la pandémie de Covid-19, qui a fait, au 3 avril, 55 morts, avec 1 544 personnes testées positives en Grèce. Les cafés et restaurants sont seulement autorisés à effectuer des livraisons et des ventes à emporter.

« Nous guettons les clients. Je sers tout au plus dix cafés ou gâteaux par jour depuis le confinement de la population », soupire M. Dallas, qui a créé cette entreprise familiale il y a vingt-cinq ans. « Mais le plus important, c'est que la Grèce ne connaisse pas une situation aussi tragique qu'en Italie, s'inquiète le quinquagénaire. Notre système de santé a été laminé par des années de coupes budgétaires. Les médecins qui viennent prendre un café me racontent qu'ils manquent de matériel basique, qu'ils font des heures supplémentaires jusqu'à épuisement… »

Depuis le début de la crise économique, en...

Explorez...

Ajouter un commentaire