"Du chantage": la Grèce dénonce vivement l'attitude de la Turquie qui a encouragé des dizaines de milliers de migrants à se rendre en Europe

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a tenu mardi un discours dur au sujet de la problématique migratoire à la frontière gréco-turque, dénonçant l'attitude de la Turquie mais égratignant aussi au passage l'inertie de l'Union européenne elle-même quant aux nécessaires réformes de sa politique migratoire. L'occasion pour lui de remercier l'Europe pour le soutien rapidement exprimé mais d'appeler aussi une nouvelle fois à "partager" plus équitablement la charge migratoire qui pèse sur les pays qui en forment la frontière extérieure, comme la Grèce bien sûr mais aussi l'Italie et l'Espagne.

L'UE "n'a pas fait bon usage du temps qu'elle a eu depuis la dernière crise migratoire", a dénoncé le Premier ministre grec, rejoint sur ce message par le président du Parlement européen David Sassoli.

Ce qui s'est passé ces derniers jours, "n'est plus un problème de réfugiés mais bien une tentative de la Turquie d'utiliser des personnes désespérées pour promouvoir son agenda géopolitique et détourner l'attention de la situation dramatique en Syrie", a dénoncé le Premier ministre conservateur.

Depuis vendredi, au lendemain de la mort d'une trentaine de soldats...

Explorez...

Ajouter un commentaire